Lettre ouverte de JC.PEREZ aux élus(es) socialistes audois

Publié le par L'Aude avec Laurent FABIUS

 

 

Le 24 octobre 2006

 Jean-Claude PEREZ : "Lettre ouverte aux élus(es) socialistes audois" 

J’ai eu beau lire et relire le projet socialiste, je n’ai trouvé nulle trace de l’idée avancée par Ségolène ROYAL d’instaurer des jurys populaires pour examiner le travail des élus.

En effet, placer les élus sous le contrôle, non pas des électeurs ni des instances démocratiques élues, mais de jurys populaires tirés au sort est sa dernière trouvaille.

Pour ce qui me concerne, je suis profondément attaché à la démocratie participative que je  pratique concrètement et réellement au sein du pays carcassonnais. Loin de moi donc l’idée de me montrer frileux sur ce registre mais il me semble qu’en démocratie, on n’a pas encore trouvé mieux pour rendre des comptes que le suffrage universel au terme d’une durée fixée par la loi. Je ne connais et reconnais, comme la République d’ailleurs, qu’un seul jury populaire digne de ce nom : celui que compose le corps électoral.

Je trouve aberrante l’expression de « jury de citoyens tirés au sort » et cela m’inquiète beaucoup. Désigner ainsi, dans la veine de l’antiparlementarisme le plus sommaire, les élus comme des irresponsables potentiels qu’il faudrait mettre en examen permanent, relève d’une démagogie déconcertante.

On peut craindre que les jurys de citoyens deviennent très rapidement des tribunaux populaires et on imagine à quoi cela peut conduire. Je souhaite à ce propos bonne chance à nos Maires audois, qui souffrent déjà des multiples contraintes et responsabilités liées à la fonction dans leur commune, ainsi qu’aux Conseillers Généraux si d’aventure une telle expérience était généralisée et mise en place.

Toutefois, une telle idée « poujadiste » ne se trouvant pas dans le projet socialiste et n’ayant pas été validée par les  militants, je la considère nulle et non avenue. Pire, elle est nuisible et totalement irresponsable. Je ne la cautionne donc pas, je m’y oppose - !

 

Jean-Claude PEREZ, Député de l'Aude, Conseiller municipal de Carcassonne

 

Publié dans laurentfabius11

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-louis 25/10/2006 08:59

Lassé par les conversations de comptoir où quelques grandes gueules refonds le monde, j’ai sauté le pas, j’ai rejoins un partis. J’ai adhéré avec l’espoir de trouver, au sein d’une structure rompue à la réflexion politique, le moyen d’aller au delà de la spontanéité, de la fulgurance d’une idée, vers la compréhension d’une démarche. Je n’ai pas adhéré pour être endoctriné, mais pour fuir, pour me préservé de l’endoctrinement des idées trop simples déversée à grands flots dans mes oreilles d’auditeurs ou devant mes yeux de téléspectateur !
 

Proposer, réfléchir, mettre en perspective, choisir, décider, en un mot s’engager est une démarche citoyenne et responsable parachevée par l’action pour l’élu(e) ! Faire du citoyen lambda – tirer au sors c’est à dire désigné par la main de Dieu - le contempteur, en consumériste égocentrique et attentif, de l’action politique  ne vaut pas l’inviter à s’investir sur l’identification des besoins de tous et sur les critères des choix. C’est stigmatiser les vrais gens d’une France d’en bas en suggérant  vous pouvez rester chez vous, tels que vous êtes, n’ayez pas peur, les puissants vous écouteront quand même. C’est leur dire implicitement, la politique, c’est pas pour vous.
 

 De même le syndicalisme forcé nie l’engagement syndical. L’échangé  contre le primat de la loi est un marché de dupe.
 

Comment comprendre un discours aux accents passionnel sur l’éducation quand le savoir n’est pas présenter comme un préalable, comme le sésame, comme l’outil indispensable pour comprendre, pour faire, pour juger, pour prendre conscience et se tenir debout sauf à se souvenir qu’éduquer n’est peut être pas instruire ?
 

En bon Prince serviteur du peuple, prôner éducation et valeurs tout en ignorant l’engagement militant, bafouer la représentativité, prendre tant de hauteur qu’il soit possible de dire « eux les élites, vous le peuple », c’est royalement nié la République ! C’est traiter les citoyens en sujets !
 

Flatter par l’appel à conspuer isolément n’a pas la même valeur de respect que l’appel à la conscientisation, à l’engagement, à la mobilisation !
 

Ce n’est même pas de la considération, disons condescendance !
 

Si Laurent Fabius ( ou DSK) est désigné par le parti il n’est peut être pas impossible que l’on oublie vite Ségolène Royal.
 

Si Ségolène Royal est désigné, il n’est pas impossible que l’on oublie vite le parti.